03 COD ou Complément d'Objet Direct

Pouvoir dire Ana lit ou encore Je cuisine est déjà très bien, mais cela serait encore mieux de savoir dire ce que vous lisez ou cuisinez !

Le croate est une langue qui comprend un système de déclinaisons de cas. Cela signifie que le mot change selon sa fonction dans la phrase, par exemple, pour dire ce que vous lisez ou qui vous attendez. Cela correspond au COD ou Complément d'Objet Direct. Cette « fonction » implicite correspond au cas accusatif ou COD qui modifie le nom qui suit après le verbe. Comme le nom accusatif est long, on l’abrège en général simplement par la lettre A.

Par nom, on entend un élément plus ou moins spécifique, une personne ou une idée, quelque chose qui peut accomplir une action, par exemple soeur, chat, ou qui peut être l'objet d'une action, p. ex. si vous mangez une pizza.

Tous les noms ne changent pas de la même façon au cas accusatif ; certains ne subissent pas de modification. La terminaison d’un groupe important de mots en croate finissant par -a, est en -u à l'accusatif. Exemples :

baka grand-mère, vieille femme
jabuka  ▶  pomme
juha soupe ®
kava café ®
knjiga  ▶  livre
mama  ▶  maman
pjesma  ▶  chanson

riba  ▶  poisson
sestra  ▶  soeur
tata  ▶  papa
teta tante
televizija télévision ®
večera  ▶  dîner, souper
voda  ▶  eau

Les formes nominales répertoriées ci-dessus sont sous leur forme nominative (N en abrégé), qui est la forme par défaut.

Maintenant, nous pouvons dire :

Ana čita knjigu.  ▶  Ana lit un livre.

Kuham juhu. Je cuisine la soupe.

Ivan pijepiti kavu. Ivan boit du café.

Jedemjesti večeru. Je mange le souper.

Pijempiti vodu.  ▶  Je bois de l'eau.

Attention. Le français préfère utiliser des verbes "simples" ou "génériques" tels que faire dans beaucoup de situations : faire le café, faire à manger, faire le dîner, etc. Le croate quant à lui n'a presque pas de verbes de ce type, vous devrez donc utiliser des verbes spécifiques - par exemple, kuhati cuisiner si vous préparez à manger ou une boisson en cuisinant.

Dans des phrases comme Ana čita knjigu, le mot Ana est sujet. Ainsi, le cas N en croate est parfois appelé le cas du sujet :

sujet
 
 
objet
Ana  čita    knjigu.
N A

En français, l'ordre des mots est toujours sujet-verbe-complément (sauf exception dans la poésie). Il s'agit aussi de l'ordre habituel en croate, mais ce n'est pas toujours ainsi, comme vous le verrez plus tard.

Si vous vous demandez maintenant où sont les articles un et une (comme dans un livre), sachez qu'ils n'existent pas en croate. Il n'y a pas de différence entre un livre et le livre en croate. Je vous montrerai cependant plus tard comment exprimer un / une ou le / la si vous en avez réellement besoin.

La plupart des verbes demandent un COD uniquement à l'accusatif. Exemples :

čekati attendre
gledati regarder
imati avoir, posséder

slušati écouter
tražiti chercher, rechercher
trebati avoir besoin de

Mettons-les en pratique :

Ana gleda televiziju. Ana regarde la télévision.

Trebam kavu. J'ai besoin de café. ®

Ivan čeka baku. Ivan attend sa grand-mère.

Slušam pjesmu. J'écoute une chanson.

Goran traži knjigu. Goran cherche un livre.

A la différence du verbe avoir, en croate le verbe imati est un verbe tout à fait régulier et simple :

Ivan ima knjigu.  ▶  Ivan a un livre.

Vous avez remarqué que pour traduire sa grand-mère nous avons seulement baka (A). Les adjectifs possessifs comme son, ma, sa sont moins utilisés en croate et souvent sous-entendus. Le français le fait aussi, mais en de rares cas comme "Je suis à la maison" où il n'est pas nécessaire d'expliciter qu'on est chez soi et non chez quelqu'un d'autre.

Le changement de terminaison s'applique aussi aux mots empruntés à d'autres langues :

Goran jedejesti pizzu. Goran mange de la pizza.

Pour comprendre un peu mieux l'accusatif croate, prenons l'exemple des pronoms. En français, on ne peut pas dire J'écoute elle mais Je l'écoute. Le pronom elle est modifié lorsqu'il a une fonction de COD. C'est la même chose en croate, sauf que tous les noms doivent être déclinés.

La déclinaison à l'accusatif du -a en -u s'applique aussi aux noms propres :

Ivan čeka Anu.  ▶  Ivan attend Ana.

Goran sluša Ivanu. Goran écoute Ivana.

Ainsi, certains noms propres en croate possèdent plusieurs formes, tout comme les autres noms, et certaines de ces formes ressemblent à d'autres noms, comme vous le découvrirez plus tard.

La plupart des noms propres qui se termine par un -a en croate sont des noms féminins. Cependant, il existe quelques noms masculins dont la terminaison est aussi un -a, comme par exemple Jakša, Luka, Nikola et Saša. Ils se comportent exactement de la même façon :

Ana traži Luku. Ana cherche Luka.

Cependant, certains noms féminins ne se terminent pas par -a : ils ne changent donc pas du tout, jamais. On peut citer les noms comme Ines et Nives. Par exemple :

Ivan čeka Ines. Ivan attend Ines.

Une liste plus complète de noms, comporte des noms masculins en -a et féminins ne se terminant pas par -a, figure dans la rubrique L1 Noms Communs. ®

Je vous expliquerai plus tard comme employer les noms ne se terminant pas par -a, y compris des noms masculins comme Ivan, lorsqu'ils sont COD dans les chapitres suivants.

Pour terminer, je vous expliquerai comment demander ce que quelqu'un fait (en ce moment ou en général). Alors que le français a le verbe faire, c'est le verbe raditi travailler qui est utilisé dans un sens plus commun. Pour poser ce type de question, on utilise le pronom interrogatif što  ▶  que, quoi :

Što Ana radi?  ▶  Que fait Ana ? (lit. "Quoi Ana travaille ?")

— Gleda televiziju.  ▶  Elle regarde la télévision.

Comme on peut le constater, il n'y a rien de particulier dans la formulation des questions en croate ; pas d'ordre spécial des mots, pas de règles spécifiques. On commence par le pronom interrogatif qu'il convient. J'ai aussi donné la traduction littérale entre parenthèse ; bien évidemment, cela signifie vraiment Que fait ...

Nous ne pouvons répondre ici qu'avec un verbe, aucun pronom n'est nécessaire (par exemple on, ona), puisque nous savons clairement de qui nous parlons. Généralement, le croate préfère des réponses courtes.

Pour poser la question directe sur ce que quelqu'un fait, on emploie la 2e personne du singulier du verbe raditi, ce qui donne radiš :

Što radiš?  ▶  Que fais-tu ?

— Čitam knjigu.  ▶  Je lis un livre.

On utilise cette forme uniquement lorsqu'on s'adresse à une personne que l'on connaît bien, (un membre de famille, un collègue... ) ; pour les autres personnes que l'on ne connaît pas personnellement, on utilisera d'autres formes (qui seront expliquées ultérieurement).

Dans de nombreuses régions, on utilise couramment le pronom šta  ▶  à la place de što®, ainsi on peut lire et entendre très souvent šta radiš, etc. (essayez sur Google™).

Une dernière remarque : d'autres langues ont des cas, dont l'accusatif, par exemple le finlandais, l'allemand, le grec, le latin, etc. L'accusatif, quelque soit la langue, est en général similaire, mais certains détails changent. Si vous connaissez bien l'emploi de l'accusatif en allemand par exemple, sachez que cela ne s'applique pas totalement au croate.

________

® En Serbie et en Bosnie-Herzégovine, on emploie plus couramment le mot légèrement différent kafa à la place de kava. En Bosnie, on emploie également la forme suivante kahva à la place de kava. Dans ces pays, ainsi que dans certaines régions de Croatie, on emploie plutôt le mot supa au lieu de juha.

La langue serbe officielle insiste sur le fait que le mot télévision doit être accentué sur la deuxième voyelle (televizija), accentuation qu'on entendra à la télévision publique serbe par exemple. Cependant, une grande majorité de Serbes utilisent le même accent qu'en Croatie.

Tandis que certains noms sont communs au croate, au bosnien, au monténégrin et au serbe, d'autres sont spécifiques à un pays. En fait, il y a quelques noms qui sont spécifiques pour une partie de la Croatie, mais qui sont peu courant ailleurs.

La forme šta quoi/que est officielle en Serbie, au Monténégro et dans une grande partie de la Bosnie-Herzégovine. Elle est aussi très courante en Croatie (dans les villes de Zagreb, Split, Rijeka, etc.) mais pas officielle. Dans le Nord Ouest, beaucoup utilisent de façon plus familière kaj pour quoi, que (on peut l'entendre également à Zagreb). Sur une partie de la côte, en particulier dans les îles, en Istrie, on utilise couramment et plus familièrement ča pour quoi, que.

↓ Point culturel à découvrir (cliquez ici)

↓ Exercice (cliquez ici)

5 Croate facile: 03 COD ou Complément d'Objet Direct Pouvoir dire Ana lit ou encore Je cuisine est déjà très bien, mais cela serait encore mieux de savoir dire ce que vous lisez ou cuisinez ...

↓ Add Your Comment (click here)